More updates.

Below is a brief translation (thanks J) of the Toutelatele.com article we posted about earlier today.  Les Experts : William Petersen veut Jean Reno dans son film as well as an article from the Le Parisien Newspaper in France interviewing Billy, a translation of which will follow.

Toutelatele Translation

CSI: William Petersen wants Jean Reno in his film

He’s never hidden it: William Petersen dreams of doing a CSI movie, ideally in Paris. On the stage of Sacrée Soirée, questioned by Jean-Pierre Foucault, he confirmed it. “It’s being thought about and I’m trying to advance the idea,” he said.

Even better, WP has taken advantage of his time in France to start casting! “I met the great Jean Reno backstage, I told him that I needed a French investigator for this film. He’s interested, so I told him to call my agent!”

It was a quick visit of a few minutes during which J-P Foucault didn’t hesitate to mention the reduced viewing numbers following WP’s departure from the series (a reminder, WP is still an executive producer), but he also presented WP with an award, for CSI having more than 4 million DVD sales in France.

Le Parisien Article (Translation to Follow) (Thanks Veji)

Un « Expert » à Paris – Thierry Dague | 17.12.2009, 07h00

Le froid polaire n’y change rien : William Petersen est en chemisette au bar de l’Hôtel Montalembert (Paris VII e ) et boit un Perrier. C’est que la star des « Experts » (version Las Vegas), alias Gil Grissom dans la série policière de TF 1, est rompue aux hivers rudes de Chicago, où il vit. Et surtout, l’acteur de 56 ans savoure ses vacances à Paris, à peine perturbées par une poignée d’interviews et de télés il était dans « Sacrée Soirée » hier soir.

Depuis qu’il a quitté « les Experts » en pleine neuvième saison (pas encore diffusée chez nous), c’est la belle vie, nous a-t-il confié hier, tout en avouant que Grissom lui manque toujours.

Une semaine à Paris, c’est un luxe quand on sort de neuf ans d’« Experts » ?

William Petersen. C’est quelque chose que je n’aurais jamais pu faire quand je jouais dans la série. Je suis marié depuis six ans, mais c’est la première fois que je peux profiter de Paris avec ma femme. Les galeries d’art, les antiquaires, Orsay, Montmartre… C’est un vrai plaisir. Je redécouvre le monde ! Quand on tourne une série comme celle-là, on est enfermé dans une bulle, onze mois par an, quatorze heures par jour.

C’est pour avoir plus de temps libre que vous avez quitté la série ?

C’est d’abord pour refaire du théâtre, où j’ai débuté. Retrouver le contact direct avec le public et pouvoir raconter chaque soir une histoire du début à la fin. J’ai joué dans deux pièces cette année à Chicago. Et puis, j’avais l’impression d’être arrivé au bout de ce que je pouvais faire avec le personnage de Grissom. Je voulais m’arrêter avant de me lasser, et avant que le public ne se lasse. Ce n’était pas une décision facile, c’était très confortable de faire cette série.

Depuis que vous êtes parti et que Lawrence Fishburne vous a remplacé, les audiences chutent aux Etats-Unis. CBS vous supplie de revenir ?

Mais les audiences baissent pour tout le monde. Il y a la crise économique, la télé sur Internet, sur les téléphones… En fait, en tant que producteur des « Experts », je trouve qu’on s’en tire plutôt bien. Lawrence fait du très bon boulot. Et après dix ans à l’antenne, on est encore dans le top 10 des meilleures audiences.

Il était question que vous reveniez pour quelques épisodes, c’est toujours prévu ?

Je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Le public ne comprendrait pas que Grissom revienne et reparte aussitôt. En revanche, on a toujours le projet de faire un film et, là, je jouerai dedans. Je ne sais pas quand ça se fera, si c’est trop tôt ou pas, mais on a déjà une idée d’histoire.

En dehors du théâtre et des voyages, vous avez envie de faire quoi maintenant ?

J’aimerais tourner des films en Europe, pour avoir d’autres points de vue. Mais d’abord, je dois me déposséder de Grissom. C’est comme une rupture amoureuse, il y a une période de deuil à respecter avant de passer à autre chose. Pendant neuf ans, j’ai passé plus de temps en Grissom que dans ma propre peau ! J’essaie d’être zen par rapport à ça, mais je pense qu’il faudra des années pour que le public l’oublie.